Homo Sapiens

C’est quoi ta conception de l’amour ?

 

G : Celle de la psychologie évolutionniste ! L’idée, en gros, c’est que la génétique évolue lentement, donc la sélection naturelle a mis en avant des gênes qui nous permettent de ressentir des émotions comme la honte, la peur… en fonction de l’environnement…

Concernant l’amour, la grande peur inconsciente de l’homosapien mâle, c’est le risque d’un point de vue génétique, d’être avec une femelle qui va lui faire élever un enfant de quelqu’un d’autre. C’est le pire cas !

Pour la femelle, la meilleure option est d’être avec le meilleur mâle pour assurer sa progéniture, donc trouver un mâle dominant très fécond ou d’être avec celui à qui elle peut faire croire que l’enfant qu’il nourrit est le sien.

Pour l’homme c’est un peu différent, ça va être de faire croire à la femelle qu’après l’enfant, on restera… car si c’est pas la top super femelle dominante, peut-être qu’elle va trouver un mâle pour les entretenir ! La meilleure stratégie dans ce cas c’est de féconder un maximum de femelles, en restant avec la meilleure et s’assurer de la meilleure progéniture. Donc féconder un maximum et rester avec la mieux !

Du coup, c’est un jeu de mensonges, pour toutes les espèces qui n’ont pas de période de fécondation visible… Et, à ce jeu, ce qu’il se passe, c’est que la meilleure manière de faire croire un mensonge, c’est d’y croire soi-même, d’où le sentiment amoureux…

 

M: Super romantique ! C’est horrible ! Haha ! Si tu voulais quelque chose de fleur bleue, c’est pas du tout lui qu’il fallait interroger !!

 

Bah, c’est original comme point de vue, et hyper intrigant !!

Je continue ! Dans cette compétition acharnée de survie des gênes, on a ce sentiment, car c’est avantageux… On ne peut pas douter de sa fidélité. Donc ça marche bien… mais ce qu’il se passe, c’est que quand je rencontre une super femelle, et que je peux coucher immédiatement avec elle, statistiquement, on peut croire qu’elle pourra refaire exactement la même chose avec un autre, donc la probabilité que ce soit ton enfant est moins élevée. Et comme je te l’ai dit, c’est le pire cas.

Pourquoi les hommes sont excités par une bimbo complétement décérébrée et avec des attributs sexuels majeurs d’après toi ? Si une femelle a l’air de coucher avec beaucoup d’hommes, la meilleure stratégie c’est d’avoir envie très fort de coucher avec elle et de larguer un maximum de semence, d’où le maximum d’excitation, comme ça, ta semence, a plus de chances de féconder. Petit détail, c’est tout bête ! Même nous les mecs, on ne comprend pas pourquoi ! Mais le sperme, c’est la composante reproductive !!

Si on revient sur l’amour, il y a donc la dichotomie madone/putain, où il n’y a aucun intérêt à être une putain car personne ne tombe amoureux d’elle au final ! D’où le dogme « il faut pas coucher le premier soir » ! Tous les mecs sont contre, mais statistiquement, ils tombent moins longtemps et moins souvent amoureux d’une femme avec laquelle ils auraient couché le premier soir à cause de ça…

On n’a pas besoin de tomber amoureux d’une femme alors que c’est déjà fait !

Pour les hommes, le sentiment amoureux est émis en face d’une madone, de façon optimale, car tu te dis qu’elle n’ira pas coucher avec un autre… Celle qui te fait languir, qui a des valeurs, et summum qui tombe amoureux de toi. C’est la meilleure option. Il n’aura pas la vie la plus facile mais il maximise la propagation de ses gênes. Donc plein d’hommes se retrouvent avec des madones et se font chier toute leur vie !!

 Ca les rend pas heureux mais ça maximise la propagation de leur gêne, c’est différent. Et les études ont prouvé statistiquement que les couples qui ont couché rapidement ensemble durent moins longtemps.

 

Voilà, ça peut typiquement expliquer le comportement des hommes en boite ! Tout le monde est parfaitement dans son rôle, le mâle dominant, celui qui ne cherche pas les filles… tout cela est expliqué par ce dont on vient de parler. Et c’est important de le comprendre, pour savoir à quel moment tu joues la carte de ton bonheur ou la carte de tes gênes !

 

Dans L’animal moral, l’auteur développe l’idée que si tu surkiffes un mec, que tu lui sautes dessus et que tu couches avec le premier soir, d’un pur point de vue génétique, on est câblé pour s’attacher moins, nous les mecs, à une putain qu’à une madone : le premier critère, c’est « Est-ce qu’elle va vite coucher avec moi ? ». Et chez l’homosapien, statistiquement, il y a beaucoup moins de chances qu’il tombe amoureux, alors que si elle se fait désirer, il y a plus de chances qu’il tombe amoureux.

 

Dans le monde dans lequel on vit, il y a une grande partie des gens qui nous entourent qui ne vont pas se restreindre pour coucher par principe moral ou pour ces codes sociaux. Finalement, ça va malheureusement leur desservir puisque tu iras plus facilement vers quelqu’un qui te plaît vraiment fort, mais, statistiquement (bon il y en a quelques uns qui dépassent quand même cette prédisposition génétique, mais statistiquement), les femmes modernes, qui écoutent leurs pulsions et revendiquent leur liberté sexuelle, ont plus de mal à générer de l’amour chez les hommes.

Ca va totalement à l’encontre d’écouter ses envies. C’est une réalité : si, en parallèle, elles recherchent l’attachement de l’homme, c’est beaucoup plus dur… L’idéal, ça serait de tomber amoureux et de pas avoir envie de coucher avec tout de suite naturellement, et d’en profiter pour laisser durer le moment.

 

Mais en même temps, c’est paradoxal, parce que typiquement, moi je me dis, si on couche pas rapidement ensemble, j’aurais peur qu’il tombe amoureux d’une autre nana !

 

Statistiquement, il pourrait coucher avec une autre mais aurait moins de chances de tomber amoureux… Sans rentrer dans notre intimité avec M., on a mis du temps pour coucher ensemble, c’était pas le premier soir…

 

M : On aurait pu se faire tuer pour ça haha ! On s’est rencontré chez une amie en commun… Enfin il est sorti avec elle une soirée à la Bellevilloise et elle l’avait du coup invité pour le nouvel an.

Quand elle parlait de lui, c’était l’homme de sa vie…

Et, on a discuté tous les 2…

 

C’était pas une rencontre tout de suite sexuelle, je n’ai pas réalisé tout de suite que M. me plaisait mais en tous cas j’avais super envie de discuter avec elle.

 

Et puis moi, j’étais plus ou moins avec un mec, et la nana chez qui on était, je la connaissais, enfin on était totalement dans l’interdit ! Même s'il me plaisait… Et, en fait, la soirée a dégénéré et elle a même menacé G. avec un couteau… Le délire ! En gros, comme elle a vu qu’on se rapprochait tous les 2, et pour le rendre jaloux, elle a couché pendant la soirée avec le pote de G. qui était là…

Puis, comme il s’en foutait, elle a pris un couteau… bref…

Ils sont partis en un quart de seconde et il a quand même eu le temps de me demander mon numéro…

 

Et finalement on s’est revu peut-être 4/5 fois avant qu’on couche ensemble… Et pour moi c’était quand même très très long… Mais quand j’y repense, je me suis rendu compte qu’il y avait quelque chose de différent avec elle : elle me faisait découvrir d’autres mondes, elle m’a fait prendre conscience de certains aspects de moi : par exemple, que parfois je suis super présent, et parfois vraiment pas là… Ce qui peut être difficile à vivre pour quelqu’un qui voudrait quelque chose de lisse… En plus, moi je me sentais très bien célibataire et je ne m’étais pas posé la question d’être en couple…

Enfin, ça ne me posait pas de problème…

 

Je crois que c’est un truc plus « imposé » aux nanas…

 

En revanche, j’avais envie d’avoir des enfants, mais je m’étais dit que j’en aurais, un jour, dans une sorte de communauté ! Parce que vraiment la notion de couple, j’en avais été sevré par les engueulades et tout ce que j’avais vu chez mes parents !

Je m’étais dit que c’était un truc sans intérêt… J’avais vraiment l’impression que les hommes et les femmes n’étaient pas fait pour passer du temps ensemble, enfin pas trop longtemps…

Je ne voulais vraiment pas subir ce genre de routines, qui finalement étaient sans doute un schéma que j’avais créé depuis l'enfance…

 

Mais du coup, maintenant, j’ai le couple, l’enfant et l’entreprenariat, et M. est d’accord pour me suivre… Mais après, il y a des revers de médaille…Moi je la trouve forte, je sais que parfois, ça la fait souffrir…

 

Bah c’est vrai que ça me pesait un peu depuis la naissance de notre fils que G. parte pour son travail… Ca me mettait une pression quand j’étais seule, genre que notre bébé tombe malade par exemple… De devoir affronter seule, combiné à la fatigue, c’était dur… Ce stress de devoir toujours assurer, tenir, même si tu t’es levée dix fois dans la nuit et tenir la journée d’après… Je pense qu’avec le temps, ça va être moins dur, parce que notre fils grandit mais bon… Après maintenant je suis rodée, j’ai plus confiance en moi en tant que maman, et je gère mieux qu’après l’accouchement…

 

On va dire qu’elle m’aime malgré ça !

 

Et puis ça me rend un peu triste que G. ne voit pas notre fils grandir comme moi et quand il est là, c’est vrai que notre bébé est totalement différent… J’avais même peur qu’il ne reconnaisse plus son père…

 

Après, c’est difficile de complètement changer pour ton couple et ta vie de famille… Et puis c’est pas le but… On essaie d’interagir et faire en sorte d’être supérieurs à 2… Parce que moi, mon impression, c’est que la plupart des gens, qui restent en couple, arrivent juste à rester en couple…

Selon moi, c’est pas le but, faut que ce soit un plus au quotidien… C’est comme les gens qui montent des entreprises et qui se disent « ouais c’est bon » mais si tu as une vie de merde à côté, ça n’a pas de sens !

Tu vois, tu vas probablement coucher avec des gens qui te ressemblent mais il y a peu de chances que tu choisisses cette même personne pour être en couple… En tous cas, si je regarde autour de moi, c’est des gens qui ont quelque chose à s’apporter, une forme de différence…

Tu parles d’amour là ?

 

Je parle de relations humaines entre les hommes et les femmes… Pas besoin de mettre des mots sur tout !

Toi t’es déjà tombée amoureuse ? Tu vois ça comme une chance ?

 

Moi je sais pas si ça m’a apporté plus de bonheur que de tristesse… J’ai un tempérament à essayer d’oublier des choses négatives… Mais je ne pense pas que ça soit que du bonheur…

 

C’est de l’intensité et dans l’intensité, t’as un peu des 2…C’est des choix de vie aussi… Il y a des gens qui choisissent de rester dans leur vie tranquille devant la télé, un truc vachement pépère, et d’autres qui vont admettre avoir autant de mauvaises nouvelles que de bonnes…

C’est juste un rapport au risque, et un niveau d’intensité…

 

Tu peux te faire surprendre aussi avec l’amour… Ce n’est pas qu’un choix…

 

Moi j’aime bien l’intensité et le truc un peu imprévisible…

 

Moi je pense que tu peux te faire surprendre par ton propre jeu… Par contre, tu ne tombes jamais amoureux par hasard, ça tombe toujours à un moment où t’es prête à l’être… Typiquement, il y a plein de soirées dans les bars où je me suis dit que jamais j’allais rencontrer quelqu’un parce que j’étais pas dans cet état d’esprit ou sur la défensive, dans la peur… Mais le hasard peut te faire tomber sur la bonne personne si tu t’en sens prête… C’est pas vraiment du hasard du coup… Il y a des prédispositions qui te feraient aller vers l’autre, t’ouvrir un minimum et faire confiance… et ça, il y a des gens qui ne le sont jamais…

Je suis fortement d’accord avec M.… C’est à dire qu’il y a très peu de chances que je revienne un soir et que je lui dise : « Je suis complètement tombé amoureux de la fille du 8eme », je pense que ce n’est pas ma personnalité… Il faut ouvrir la porte à la possibilité de l’amour… Mais il y a des gens, typiquement un de mes amis, qui n’a jamais pu contrôler ça, et du coup, ça l’a mis dans des situations de grande tristesse ou des situations complètement ingérables d’amour… Par exemple d’une actrice… qu’il n’avait vue que dans un film…

 

Ca me dépasse complètement !

 

Mais ça le dépasse aussi totalement et il en était malheureux dès le premier jour ! Tu vois, du coup, il y a des gens pour lesquels ce que l’on vit M. et moi, c’est inconcevable…

 

Et du coup, tu me parlais de votre caractère différent mais en vrai vous donnez l’impression de beaucoup vous ressembler dans votre conception de l’amour…

 

Dans le coté rationnel, oui… Mais la façon d’envisager l’amour, ça c’est une autre question ! J’imagine que oui, sinon ça ne marcherait pas !

 

Oui après on peut avoir des interprétations très différentes… J’ai pas un filtre rose, avec ses grandes émotions… Moi, j’aime lire un livre à côté d’elle, j’ai envie de passer beaucoup de moments avec elle, comme avec de très bons amis… et les gens n’appellent pas ça amour… Mais pour moi, c’est le même type d’émotion… Pour M., c’est différent !

 

Ah oui, moi je ne mettrais jamais au même niveau l’amour et l’amitié… Je ne serais pas capable de la même chose. Je donne tellement pour G. et mon fils, je ne serais pas capable de donner plus… Pourtant je connais ma meilleure amie depuis plus longtemps et je pourrais faire beaucoup pour l’aider mais je ne les mets pas ça au même niveau…

 

Alors que moi, je donne sans mesure à mes amis, typiquement, j’avais acheté un appart avec un de mes amis et un bout du toit s’est effondré dans une chambre…  Et donc on est restés à vivre dans le salon à 3 pendant deux ans… Je préférais sacrifier mon confort à l’amitié… Alors que l’on vivait avec ma copine de l’époque…C’est ma manière de voir l’amitié… Même s’il avait sans doute d’autres options… Pour moi, c’était important de lui proposer ça… et je ferais la même chose pour M.…

 

Et en même temps je te trouve très dur avec eux et en amour...

 

Pour décrire l’amour avec des mots, je ne pense pas être très doué, ça paraitra faible, alors que c’est très fort chez moi… C’est un sentiment qui pour moi est aussi fort que l’affection…

Tout le monde parle d’amour, mais moi je ne me reconnais pas dans la définition des autres…

Le peu de fois où j’ai réussi à l’exprimer, M. n’était pas d’accord… parce que sans doute ça la faisait souffrir… parce que ce n’était pas la question d’être d’accord ou non…. c’est tellement personnel… Donc délicat…

 

Pour moi l’amour évolue énormément, entre le début et maintenant, ça n’a rien à voir…

Au début, c’est-à-dire à court ou moyen terme, c’est quand même une séduction, à partir de là…

Qu’est ce qui a provoqué autant de choses pour lui et pas pour d’autres ?

Ca, c’est une vraie question… Quel est le petit truc en plus qui m’a fait basculer ?

C’est indéfinissable, c’est une alchimie de plein de trucs je pense… d’un peu de mon père, des trucs de l’enfance que je projetais dans ma vie d’adulte… On a parlé très vite d’enfant aussi… Et cette idée m’a séduite… Mais c’est une multitude de trucs que je n’arrive pas forcément à cerner…

Après le coup de foudre, je ne l’ai jamais ressenti et je n’arrive pas à le comprendre, pour moi, ça s’est construit… Mais je trouve que c’est venu super vite… Il y avait aussi un peu un défi inconscient… Comme il ne voulait pas s’engager et qu’il se tapait une tonne de nanas, enfin je le sentais et il avait été clair, ce côté compliqué m’a séduite…

 

Parfois les gens peuvent manquer de courage… et reste en couple.

Moi, j’ai peut-être mis le doigt sur qqch, car souvent quand elle m’a posé la question : « Est-ce-que tu es amoureux ? » je répondais « Je suis bien avec toi et je veux rester avec toi ! » mais pour moi, être célibataire, c’était super, et je ne voyais pas le problème… Et un jour, on s’est séparés, je ne sais plus qui était à l’initiative, mais bref… Ce que j’ai remarqué, c’est que de me dire que c’était fini, qu’on allait plus se revoir, en couple du moins, ça m’a permis d’expérimenter le manque de M. et ça, ça m’a fait souffrir… Donc pour moi, ce que j’ai expérimenté en amour, c’est cette impression de le perdre… ça me faisait souffrir, vraiment intrinsèquement… Alors qu’aujourd’hui, ce que je ressens c’est que j’ai envie de lire un livre, de faire quelque chose avec elle ou de faire un truc sans elle, en me disant que je vais la retrouver… ça je l’ai remarqué au moment où j’allais le perdre…

Et c’est cette prise de conscience qui me permet, dans les moments durs de la vie de couple, de ne pas nous séparer bêtement et d’arrêter l’aventure. Et j’ai même la sensation que de ces moments-là, on en ressort grandis… Typiquement, avoir un gamin, c’est très intense, c’est difficile, un vrai challenge de couple… Surtout pour les gens qui veulent vivre des choses agréables dans chaque épisode de vie… Arriver à encaisser des trucs aussi durs de la part d’un gamin, émotionnellement, c’était pas mon plan…

 

Après pour moi c’était dur et en même temps merveilleux… Le plus dur, c’est le sommeil… Sans ça, pas de souci… Deux mois sans sommeil… Je ne dormais jamais… Et j’en voulais à G. de ne pas être là… Quand t’es fatiguée, tu réagis mal, tu t’en veux, tu culpabilises, tu fais mal les choses, tu t’énerves… C’est hyper vicieux ! A tel point que je pense que si on a un deuxième enfant, on prendra une nurse de nuit… Au  début… Ca change la vie et je ne veux pas revivre ça !

 

Donc ni l’un ni l’autre n’a vécu l’amour passion, mais M. a eu le côté filtre rose…

 

Je ne m’en rendais même pas compte mais tout le monde me le disait ! C’est hyper puissant, et quand tu as des signaux que ça peut s’arrêter, c’est hyper dur… Tu te sens tellement dépendant du coup… Comme une drogue !

 

Si j’avais eu le choix, j’aurais aimé le vivre un jour… Mais plus maintenant car ça foutrait en l’air tout ce qu’on a construit…

 

Mais faut se l’autoriser aussi… Regarde dans ta famille : personne ne l’a vécu et ta mère a une vision des femmes tellement trash que c’est difficile pour vous de se l’autoriser…Vous vous protégez depuis tout petits avec ton frère… mais c’est triste parce que vous êtes totalement bloqués sur les sentiments… Regarde la femme de ton frère est folle amoureuse de lui et lui s’autorise aucun sentiment… je pense même qu’elle ne lui a jamais dit…

 

Oui peut être que ça nous paraît dangereux… Mais en même temps, ils ont une maison dans un petit village de 500 habitants en Ardèche et ça, c’est une vraie preuve d’amour…

 

Est-ce-que t’as une référence qui te fait penser à l’amour ?

 

L’insoutenable légèreté de l’être… que j’ai lu il y a 10 ans, mais je crois que c’était un amour à distance, un peu impossible… c’est ce qu’il m’a marqué… sinon cinématographique… il n’y a rien qui me vienne…

 

Moi c’est drôle, les films d’amour, je chiale direct, ça me touche énormément, Sur la route de Madison par exemple. Et Dracula de Francis Ford Coppola… Il traverse les siècles car il est tellement fâché que sa femme se soit suicidée… Il vit des siècles en attendant de retrouver un tel amour et il s’avère que c’est impossible… A la fin il se laisse presque mourir, en se sentant tellement seul…

C’est la première fois que je pleurais devant un film car c’est un être terriblement différent, qui aimait terriblement quelqu’un et qui préfère disparaître car il ne peut communiquer avec personne sur ce qu’il est vraiment… La seule personne c’était cette femme qu’il ne reverra jamais…

Personne ne voit une histoire d’amour dans Dracula, mais moi, j’en vois une…

Et puis c’est quelqu’un qui n’arrive pas à communiquer, un peu comme moi de ma façon de voir le monde… J’essaie mais j’ai pas l’impression que les gens comprennent vraiment ce qui me fait vibrer… Et c’est une acceptation que la plupart des fous ont, d’accepter qu’une part de ton interprétation du monde ne soit pas comprise… Juste avoir un hochement de tête…

Tu vois à quel point résonne en moi ce film… T’es complètement seul, le dernier de ton espèce…

Je pense que lorsque tu as trouvé quelqu’un qui arrive à te voir tel que t’es et qui t’accepte tel que t’es avec tous tes défauts, même en amitié, ce « quelqu’un qui vous connaît et qui vous aime quand même », bah c’est exactement ça... L’amour qui dure…

Et c’est aussi ce que j’aime chez M.… Etre sûre d’être heureuse avec quelqu’un comme moi, ça c’est très important, qui me connaisse sans me demander de changer…

Il y a beaucoup de gens qui pensent que rajouter un enfant, ça va venir gommer les défauts…

Peut-être, mais j’ai de gros doutes sur cette théorie… c’est un sacré coup de poker…

Moi j’aurais plutôt tendance à dire, qu’avec un enfant on pourra peut-être continuer à être heureux, mais c’est potentiellement un élément destructeur, du moins jusqu’à ce que la relation se soit stabilisée et là, c’est un vrai ciment… mais je trouve qu’elle a fait  le bon choix haha !

Enfin, je suis content qu’elle ait accepté, parce que c’était pas gagné ! Je suis assez difficilement acceptable…

Graf Olivia De Bona

  • Instagram