Red Wall & Stairs

​Âme soeur

Moi je me demande pourquoi cette obsession sur l’amour…

Beaucoup de gens ont une vision sûre du couple, de ce qu’ils veulent…

Moi, j’ai jamais fantasmé quelque chose…

Après c’est ma nature d’être « un peu née de la dernière pluie » et j’ai eu mon lot de « sales mecs»…

Ma première histoire, c’était vraiment une histoire d’amour, à 17 ans…

J’étais à l’époque assez dark et je pensais que ça n’existait pas, que c’était une illusion pour pas finir ces jours seul, enfin tu vois le délire…

Aucune vision romantique…

Ce que je pouvais voir à la télé ne me correspondait pas du tout, je n’ai jamais imaginé un partenaire…

Au contraire, ça m’apparaissait comme incompréhensible !

Il faut savoir une chose, c’est que j’ai une sœur jumelle et on vous appelle,

Vous, « les seuls », parce que justement vous être seuls !

 la recherche d’une âme sœur, dans ce désespoir, cette envie du couple…

Alors que nous, on a pas du tout cette envie, on est plutôt dans la curiosité des autres, le côté différent, surtout pas comme nous, car ça, on l’a déjà !

Donc en amour, j’ai pas envie d’un duo,

c’est pas nécessaire à ma vie…

 

A posteriori, mon premier amour, c’était ouf, on était très attachés, j’ai tout donné, j’avais une soif sexuelle où je voulais tout tester, tout expérimenter, et j’étais en complète confiance,

et puis à 20 ans, j’ai fait de la merde, je l’ai trompé par curiosité…

Je ne me rendais pas compte de ce que j’avais de précieux avec lui…

Aujourd’hui on est toujours en contact, c’est quelqu’un que j’aime…

Enfin plus d’amour amoureux… mais c’était la plus belle relation de ma vie…

 

Avec lui, je ne me posais pas de questions…

Tu sais, j’avais pas le passé qui t’inquiète ou t’interroge,

j’étais pur, dans une pureté de relation… Donc avec ce mec, c’était top : mon meilleur ami, mon meilleur amant…

 

Puis je suis tombée sur un mec qui il m’a quitté et repris 100 fois…

J’étais persuadé que c’était ça l’amour : quand ça te brûle, que ça tourne en boucle dans ta tête, que tu penses qu’à lui… Un mec, où tu te dis, mais c’est ça qu’il me faut, et puis t’as la réalité…

Moi j’ai toujours été attirée par les électrons libres… Lui il vivait limite en autarcie, dans un cabanon sans électricité… Dans une vie hippie que je fantasmais… On est restés deux ans ensemble… J’allais très peu en cours, je ne savais pas trop ce que je voulais faire de ma vie…

J’étais dans l’entre-deux avec des idéaux de vie de hippies…

Mais en fait, c’était un cata…

A l’époque je ne me rendais pas compte qu’il me fallait quelqu’un qui me comprenait aussi…

 

Moi je me suis toujours dit, je prends ce qu’il y a à prendre…

Même si j’étais un peu soumise à sa vie, je le suivais partout, et je voyais des choses qui m’ont beaucoup appris… Tu vois des gens sans compte bancaire, sans maison, sans voiture, il n’y a pas tout le monde qui les connait. Mais je ne m’épanouissais pas…

Une sorte d’esprit complotiste, qui s’est accentué après… 

J’étais attirée et en même temps, dans ce monde-là, il y a aussi des cons…

Mais ce mec, c’était le plus beau mec de ma vie… J’étais submergée par sa beauté… Je le trouvais sublime… C’était difficile de s’en détacher, parce que je fantasmais cette personne… Et puis j’avais l’impression que j’allais pouvoir le changer…

 

Il m’a fallu toutes ces expériences pour comprendre un peu les choses… Alors qu’il y a des gens qui ont un sens inné du compagnon idéal… Moi j’ai eu tout un lot de merdes amoureuses…

Alors je suis peut-être un peu superficielle mais la première chose importante pour moi à l’époque c’était l’attirance… J’étais capable de me contenter de ça pour un mec canonissime…

 

J’avais cette illusion inconsciente, j’étais menée par ce désir très physique… Je voulais le dévorer ! Cet amour, c’était ce désir physique intense, qui te dévore de l’intérieur…  Superficiel, mais rare et précieux aussi…

 

Jusqu’à arriver à mon ex, où ça n’est pas du tout parti comme une passion, parce que je me suis mis assez de plomb dans la tête pour attendre et cocher assez de cases dans ma tête pour que je me dise « c’est bon c’est lui ! »… C’est pas du tout romantique, terriblement procédurier… C’est même assez triste quand t’y penses, car je l’ai jamais désiré comme certains de mes ex…

Mais c’était le mec beau, intelligent, bien sous tous rapports, j’allais pas passé à côté de çà !

Il faut vivre pour savoir… Et je crois que ce mec m’a donné tellement d’attention : il m’a nourri de compliments, d’attention bienveillante… J’ai compris que j’avais besoin de ça…

 

L’amour, comme amour amoureux, c’est donc un mélange de passion et de confiance amicale dans tes confidences et dans tes faiblesses. Si tu tombes malade gravement, t’es sûr de lui, il ne va pas te quitter… Quelqu’un qui soit là, qui ait les épaules…

 

L’amour c’est aller au-delà du superficiel finalement…

 

Avec mon chéri, c’est un peu ça… C’est incroyable…

Maintenant quand je vois les films, ça me touche trop !

Alors que ça ne m’était jamais arrivée… Comme quoi la vie, c’est fou !

L’amour amoureux, c’est comme l’orgasme, tu sais quand il est là ! Puis arriver à allier un truc sécur’ avec la flamme.

Il y a ce film Love et autres drogues, avec Anne Hathaway qui a Parkinson à un stade précoce et Jake Gyllenhall s’accroche à elle et l’aide malgré tout… Pour moi c’est de l’amour inconditionnel.

  • Instagram
Illustration du talentueux Quentin Monge