La battante

C’est quoi l’amour pour toi aujourd’hui ?

 

Ca englobe la confiance, le partage et un sentiment de besoin de l’autre qui va varier entre l’amour d’un enfant, d’un amant, de la famille mais qui est inexplicable, inconditionnel,

qui vient des tripes

 et puis le partage sans avoir besoin de l’exprimer verbalement.

On le sait d’instinct que l’on est aimé ou qu’on aime…

Le point commun, c’est de le ressentir…

 

Au départ, il y a l’amour de l’amoureux,

 mais aussi l’amour des gens qui m’entourent…

Ce n’est pas le même…

Mais j’ai besoin des 3 (parents, copains, enfants) pour avoir mon équilibre…

La crainte de séparation te fait prendre conscience encore plus de l’amour que tu leur portes…

 

Et qu’est-ce-qui différencie cela ?

- Les chemins qui se séparent…

 Au départ pour s’aimer, il y a des chemins qui se suivent…

Puis, il y a un désintérêt et ça s’estompe…

Je pense que si tu ne crois pas en l’autre,

pas de respect ni d’attention…

ou même simplement la volonté de partager sa vie avec lui…

C’est que tu ne l’aimes plus…

Il y a forcément un moment, si tu ne le suis pas,

c’est qu’il ne se passe plus rien dans ton cœur…

Si tu n’acceptes pas son chemin, son évolution

et que tu ne veux pas l’accompagner,

alors c’est que tu n’es plus en capacité de l’aimer…

Et tu te détaches…

 

Pour moi, l’amour, c’est synonyme de tolérance…

Je vais être plus dans l’adaptation sans imposer…

Et la vie fait que, par rapport à ma fille,

on n’a pas du tout les mêmes curseurs avec mon homme…

Pour mon couple, je me suis battue et je me suis toujours dit :

Je préfère arroser ma pelouse plutôt que de semer…

Persister plutôt que de changer…

Aujourd’hui c’est plus la facilité qui guide les gens,

à penser que, quand une situation leur convient plus,

il change plutôt que travailler pour que cela puisse aboutir à quelque chose…

Les gens abandonnent même parfois quand ils s’aiment encore plutôt que de se battre…

C’est une des plus grandes difficulté et exigence de la vie…

Etre seul c’est tellement plus facile…

Tu n’as de comptes à rendre à personne,

tu fais ce que tu veux, en fonction de tes propres besoins…

Alors que vivre avec quelqu’un, c’est compliqué,

avec les obligations et les exigences sociétales…

Perso pour dépasser ça,

je pense que l’être aimé n’est pas seulement un amoureux,

mais aussi un ami, un amant, un confident, un repère,

et réciproquement…

Ca englobe tellement de casquettes…

Un côté infirmière, maman…

Moi je partage quasiment tout avec lui,

sauf des trucs « négatifs » qui le concernent directement, qui me saoulent…

C’est un ami, un complice, un amant, un père

et tout cela s’imbrique au quotidien,

ce qui nous permet d’avoir un équilibre…

Parfois t’auras besoin d’un ami qui t’écoutera

et puis à d‘autres moments où t’as envie d’être sa grosse chienne…

En tout cas, c’est comme ça que je préserve mon équilibre…

Mais je ne serais pas en mesure de donner ça tout le temps…

Les couples qui font l’amour tous les jours,

je ne sais pas comment ils font…

Par contre, le sentiment d’amour peut te faire prendre le contrepied de tes valeurs ou ta famille, et ça, je ne saurais pas l’expliquer…

C’est surprenant…

Et puis c’est une nécessité de savoir être aimé,

se sentir aimé… quelqu’un qui n’est pas aimé doit mal le vivre à mon sens...

 

La première fois que j’ai ressenti le sentiment amoureux,

c’est à la naissance de la fille,

de ce magnifique cadeau qu’il m’a fait…

J’ai vraiment ressenti l’amour que j’ai pour lui, indéfinissable,

et qui fait qu’aujourd’hui c’est encore lui et que ce sera lui…

C’est grâce à ça que je me sens importante.

Quelqu’un a besoin de moi, profondément.

Ma plus grande peur, c’est l’abandon.

C’est la plus grande souffrance pour moi.

Même si je suis en capacité de vivre bien seule.

Je me sens importante qu’en tant que maman.

Au départ quand j’ai rencontré C., c’était un mec parmi d’autres…

En plus, j’avais le projet de déménager…

Et puis on avait une sacrée différence d’âge…

Mais il ne m’a jamais lâché, il a toujours prouvé qu’il était là.

Et c’est grâce à ça que ça a marché, parce qu’il m’a prouvé qu’il était là.

Pour moi, c’était pas l’homme idéal.

Il ne gérait rien du tout mais c’est quand même l’homme que j’aime…

Donc l’amour, c’est pas forcément ce qu’on idéalise.

Et puis même il y a des matins, je le trouve dégueulasse ! Haha !

Mais c’est au-dessus de ça !

 

Est-ce-que tu as une référence cinématographique ou culturelle qui vous fait penser à l’amour ?

 

- PS I love you… Ce film, quand je l’ai vu, il m’a marqué et a rythmé ce que c’est pour moi. C’est un couple qui se déchire et le mec meurt d’une maladie… Il le savait, sans lui dire. Et elle reçoit des lettres pendant un an, c’est ce qu’il va la sortir de son deuil. Il va même provoquer sa nouvelle rencontre amoureuse. Et qu’elle revive et se reconstruise… A chaque lettre, j’ai pleuré parce que, de ce deuil, l’amoureux fait en sorte qu’elle se reconstruise… Ca m’a bouleversé… Son amoureux a tout compris…