Chasse au trésor

C'est quoi l'amour pour toi aujourd'hui ?

 

1 : L’amour, c’est un spectre…On a beau vouloir combler des cases et donner des définitions, la réalité ne rentre pas dans les cases…

 

2 : Rien que le fait de pas savoir quand dire je t’aime… Et puis le « je t’aime plus »…

Ca veut dire quoi ? Que tu peux arrêter d’aimer quelqu’un ? C’est triste, au final, quand t’y penses…

 

1 : C’est souvent aussi du désir… Le « je t’aime plus », c’est plutôt, je ne désire plus la personne… Avec un de mes ex, on s’est chopé c’était incroyable, on s’est embrassés devant la Seine, c’était hyper romantique… Il est parti 15 jours après pour le fêtes de Noel, on a monté le truc à distance… J’étais fou amoureux… Mais quand il est rentré, tu vois, c’était cool mais pas ouf… En fait, j’ai l’impression que je suis tombé amoureux de l’histoire, de tout ce qui s’est construit dans ma tête, ce que j’ai projeté sur lui, mais au final au bout de deux-trois semaines, c’était consumé… En plus, je pensais que c’était que de mon coté, alors la mort à dans l’âme, je me suis résigné de le quitter… Au final, ce mec, je l’adore, on est ravis de se voir aujourd’hui, il n’y a pas de souci, mais toute la magie amoureuse n’était pas réelle…

Finalement, j’ai l’impression que j’étais plus amoureux de l’amour que de la personne… C’est difficile de séparer l’envie d’amour, le besoin et le désir…

Et de trouver quelqu’un avec qui il y a cette connexion…

 

3 : Moi j’ai été déçu de l’amour… J’ai cru savoir ce que c’était, mais, à chaque fois, ça s’est mal fini donc… L’amour ça rend aveugle, tu ne vois pas les défauts tout de suite, puis, quand tu les vois, tu te persuades du contraire… J’ai été trompé et je cherchais tout le temps à me convaincre du contraire alors qu’il n’y avait que des évidences…

 

2 : Est-ce que cette relation t’a changé dans les suivantes ?

 

3 :  J’étais peut-être plus sur mes gardes, mais au final le suivant m’a eu pareil… Je pense que je fais trop confiance… Et j’ignore ce qui ne va pas…

 

2 : Pourquoi regretter d’avoir fait confiance ?

 

3 : Non je ne regrette pas, j’ai été heureux, mais c’est juste qu’à la fin, bah…

 

2 : En vrai, on a tous été trahis ou déçus… on a tous un passé…

 

3 : L’histoire de nos parents, ça impacte aussi beaucoup ta conception de l’ amour…

 

1 : Moi mes parents se sont séparés assez tard, mais rétrospectivement, j’ai l’impression qu’ils ne se sont jamais aimés… C’est trop bizarre… Leur divorce ne m’a rien fait… J’ai l’impression qu’ils étaient mariés parce que c’est comme ça qu’il fallait faire, mais je les ai jamais sentis amoureux… Je me suis jamais dit Wahooo… Du coup, il y a une certaine désillusion de mon coté…Leur modèle a influencé ma perception du couple…

 

D’une façon inconscience, on reproduit ou rejette le modèle parental, et moi typiquement, ça m’a rendu romantique, avec l’ambition de vivre les choses intensément, pas comme eux, si conventionnels…

 

3 : Moi c’est l’inverse… J’ai toujours vu mes parents heureux en couple, dans leurs histoires après leur séparation… Je ne m’en souviens pas d’ailleurs, j’étais trop petit, j’ai pas trop de souvenirs… Mais les histoires dont je me souviens étaient courtes et intenses… Après j’ai rencontré une mamie aujourd’hui au taf… Elle m’a raconté qu’elle a perdu son mari il y a 4 ans et qu’elle ne s’en remettait toujours pas…

Donc il y a des gens qui peuvent aimer toute leur vie…

 

1 : A l’époque, on considérait l’amour comme un partenariat, comme quelque chose de durable… Aujourd’hui, l’aspiration générale, c’est de vivre l’amour passion pour toujours… Sauf que c’est le propre de l’amour passion d’être éphémère… Donc soit tu te dis : je vais le vivre autant que je peux tant que je peux, soit tu rencontres quelqu’un qui te donnes envie de dépasser ce truc, même si c’est moins sexy…Tu ne peux pas y survivre de toute façon… C’est pas viable… Mais il faut arrêter ce truc schizophrène d’envie que ce soit pour toujours, et, en même temps, que ça arrache le cœur à chaque fois…On a l’impression que quand ça s’estompe, c’est la fin de tout, alors qu’en fait, c’est pas grave…  Ca ne meurt pas, ça se transforme, c’est tout…

 

3 : La passion des débuts, elle est subie, elle te tombe dessus, alors que la suite, la passion, elle se construit, elle se travaille… Et c’est pas pour autant que c’est factice… Moi j’ai eu 2 relations dans ma vie : la première où je suis resté 4 ans avec un garçon, mais au bout d’un certain temps, j’ai compris que ça n’était pas ça l’amour et j’ai continué ma vie…

Ce n’est même pas dicible ou descriptible cette sensation… Ca peut prendre plein d’aspects différents… Je l’ai aimé, on a été d’une proximité folle, je peux juste dire que c’était plus là… L’autre, ça s’est fini car mon caractère et son caractère n’étaient pas compatibles… Du coup, je l’aimais mais j’avais tout le temps envie de l’étrangler…

 

2 : Un amoureux passionnel …

 

3 : Non même pas, c’était pour des raisons de merde… Au départ, les gens se présentent sous leur meilleur jour… Quand t’as envie que les choses se passent bien… Mais au bout d’un moment, le naturel reprend le dessus…

 

Une jeune fille éternue à la table d’à coté et dit « je n’ai pas le corona ! » et on se met à discuter un peu avec elle…

 

1 : Encore une fois, une définition en creux, l’amour n’est pas censé faire mal…

 

F : Moi je pense que souvent l’amour, c’est hyper narcissique en fait… Je lisais un truc là-dessus tout à l’heure : on tente de combler les manquements de l’autre, et vice versa…, pour se rendre indispensable… Quand ça s’effondre, tu vis une crise existentielle : « Qui je suis ? c’est quoi ce vide ? » ou « je ne vaux rien parce que j’ai plus l’autre »… On ne evrait tellement pas penser comme ça… Si tu espères que la personne en face te sauve, et te fasse te sentir bien, ça ne part pas dans la bonne direction…

 

Oui mais en vrai, faut-il attendre d’être super bien dans ces basques avant de rencontrer une personne ? Moi j’ai l’impression que c’est des paroles impossibles… C’est l’essence même d’une rencontre de nous transformer, de faire qu’on se sente plus fort, plus beau et invincible grâce à ça…En plus, moi c’est un truc qui m’attire, d’apercevoir cette fragilité singulière que personne d’autre peut voir…

 

1 : Le sentiment de « mais comment je faisais avant de l’avoir rencontré ?» est assez similaire… Ce n’est pas « cette personne-là va me sauver » mais plutôt, « putain, c’est quand même mieux avec lui ! »…

 

3 : Oui enfin, quand tu l’as pas encore rencontré : tu te sens seul, puis avec lui : tu te sens dépendant et quand tu l’as plus : à nouveau seul… Le sentiment de te sentir accompli par toi-même, bah, c’est u peu utopique… Enfin pour moi, je crois qu’on a besoin des autres en fait… Vous disiez, rencontrer quelqu’un ne va pas résoudre tes problèmes, mais tu les résous comment au final ?? 

 

1 : En rencontrant des gens qui te font du bien, penser à autre chose… Mais ça ne va pas éliminer tes problèmes, c’est ça que je veux dire…Et je suis d’accord,il n’st pas necessaire d’avoir tout résolu…

 

F : Après l’amour te permet de dépasser tout ça… L’expression « Tu te sens pousser des ailes », elle est véritable… Tu marches dans la rue, en écoutant ta musique et si t’es amoureux, tu planes…

 

3 : L’amour te fait faire plus de choses que l’amitié mais je pense que c’est une continuité…

 

F : On a pas envie d’être seule en vérité…

 

1 : Après tu peux te sentir extrêmement seul en étant avec une personne… Et l’amour arrive peut-être à combler cette solitude de surface et pas la solitude profonde … Il faut qu’il y ait une connexion, qui se met en place parfois très rapidement… Cette impression d’être si proches… C’est trop réducteur de dire qu’on veut juste combler sa solitude…

Pour moi, c’est hyper compliqué et c’est pour cela que ça a de la valeur…

N’importe qui ne peut pas combler cette solitude, il faut une certaine présence…

 

2 : En fait ,tu cherches à qualifier le truc alors que c’est inqualifiable et c’est ça qui est hyper beau…

 

F : Tu sais, c’est drôle que tu parles de cela, car moi on m’a quitté hier et la fille à côté de nous, à l’instant… C’est hyper bizarre… Quand on est arrivés, elle était avec un mec, on a demandé si on pouvait s’assoir et elle a dit « Oui, je suis en train de me faire larguer de toute façon… » Je pensais à une blague, puis, il est parti de façon très nonchalante…. Elle est dévastée, ça faisait un an qu’il était ensemble,… Il lui a dit « Je te quitte parce que j’ai pas envie de sérieux ni de m’engager ! »…

 

La fille en question s’est attablée avec deux inconnus et parle effectivement de rupture depuis qu’on est là…

 

2 : La parade ! Il vaudrait mieux être honnête est dire dans les yeux « J’ai plus d’intérêt pour toi ! »… Ca veut tellement rien dire « je veux pas m’engager »… C’est comme ceux qui affirme «  je veux pas être en couple ! »…

 

F : Ce genre de technique de mecs, c’est juste pour la garder dans sa poche…

Tu vois le mec que je fréquentais depuis hier, il m’a envoyé un message, pour me dire « J’ai rencontré une fille mais je ne sais pas si c’est sérieux ! »… J’étais choquée, on se connait depuis 9 mois, c’est hyper douloureux… Je ne supporte pas la lâcheté… Comme si ce qu’on a vécu ensemble c’était rien… Le mode « je t’ai rien promis, donc je me permets une totale nonchalance, parce que rien n’est possible, je t’avais prévenu »… Il y a quelque chose d’hyper violent là-dedans !

Ca témoigne d’un manque d’empathie et d’intelligence émotionnelle en fait, de pas savoir dire à l’autre : « Ecoute je suis désolé… » et d’expliquer la situation… Prendre ce temps, c’est du respect à mon sens…

A l’inverse, c’est comme si le mec nie tout ce qu’on a vécu et ça c’est dur à vivre… même insupportable ! Moi je trouve que c’est très masculin, enfin mec alpha… Tu vois, en tant que femme, on m’a éduquée dès l’enfance avec la notion de responsabilité : pour s’occuper d’enfants, on nous met sur les épaules dès le plus jeune âge qu’on doit être responsable de nos actes… Alors que les hommes, c’est beaucoup moins fort… Du coupon se retrouve avec des hommes qui ne savent pas s’assumer leur choix, leur sentiment, l’engagement vis-à-vis des autres…

Ils nous rejettent la faute en nous disant qu’on s’est fait des films…

 

1 : Après « prendre ses responsabilités » c’est pas un terme qui donne envie d’être amoureux ! Tu peux le comprendre… Pour moi, c’est plus une histoire de disponibilité émotionnelle, tu vois… Quand t’aimes plus, t’aimes plus, il n’y a pas de responsabilités là-dedans… Je ne suis pas quelqu’un qui justifierait le truc par un raisonnement biologique mais quand même, j’ai l’impression qu’il y a un lien… L’homme va distribuer ses spermatozoïdes par milliers alors que  la femme attend la fécondation de son unique ovule mensuelle viable, donc attend le bon entre guillemets… Biologiquement ça me parait sensé… Après, c’est pas totalement valable dans le sens où on est des êtres de culture… On est pas des bêtes, quoi…

Et ça peut même expliquer les sociétés homosexuelles… qui révèlent une potentialité érotique plus libérée que chez les hétéros... Il n’y a pas de base dominant/dominé implicite… Ca libère, laisse plus d’espace… Les hommes et les femmes sont sexuels : chez les hommes, il y a ce côté d’accumulation des conquêtes, qu’il n’y a pas chez les femmes… C’est une sorte de chasse…  

 

F : Moi je suis une femme indépendante mais sur un coté purement sexuel, je vais avoir tendance à aimer être dominée. J’ai des potes qui vont pas comprendre cela en positionnant l’argument féministe… Pourtoant je suis conditionnée pour avoir du désir pour cela… Et j’espère que ma fille sera attirée par autre chose que ce rapport prédateur… Je pense qu’il y a une réalité éducationnelle et qu’en tant que femme, on a tendance à se culpabiliser et les mouvements féministes y participent aussi parfois… Faut se faire kiffer quand même!

 

1 : C’est la beauté de la sexualité de transcender tous les préjugés, positifs ou négatifs… Osons être transgressifs, sinon ce n’est pas drôle ! Et puis, il y a beaucoup de couples ouverts chez les homos… Mais on a rien inventé finalement, regarde la génération de grands-parents, la tromperie de la femme était « monnaie courante » et on en parlait pas… Ca avait juste des architectures différentes…

Dans la réalité, les gens niquent depuis toujours !!

 

2 : Moi j’ai remarqué que les gens minimisent les relations homosexuelles, je me sens moins écouté dans les histoires qu’un hétéro…C’est hyper frustrant…

 

1 : Autant les meufs sont piégés dans leur architecture sociale de prédation, autant les homos genre dans le cercle vicieux de « personne ne veut de relation sérieuse chez les gays »…

Je pense que l’influence des films romantiques américains ont impacté toute notre générations, homos compris… On s’identifiait quand même… La réalité, c’est qu’on est tous romantiques…

Les mecs sur Grinder, qui recherchent que des plans cul, ils me font bien rire, moi je suis persuadé que 80 % des garçons se disent qu’il manque la tendresse… ils veulent une relation, avoir un partenaire… L’architecture sociale nous impose un modèle qui nous fait croire qu’on doit performer dans un truc hyper sexuel… Alors qu’au fond, tout le monde a envie de tendresse… C’est la réalité… On est tous des boules de névroses en manque d’amour…

2 : La question « Qu’est-ce-que tu cherches ? » elle me fait bien

rire. Maintenant, on écrit même plus cherches, mais ch…

Ils ont trop la flemme d'écrire... Franchement, c'est pathétique !

Moi je cherche des trésors, mais pas un vieux plan Q foireux…!

Allez on prend notre parchemin et notre boussole et on y va :)

  • Graf de couv: le talentueux Sunra_
En couv:
le talentueux Sunra_ <3
Ci-dessus :
Illustration attentive du doué Pédro <3
  • Instagram